DIOR – MAI 68

 

Graffitis, slogans, affiches placardées sur le sol et les murs, c’est cette fois-ci Mai 68 que Maria Grazia fête pour la Maison Dior. La première tenue annonce clairement quatre fois Non sur un grand pull noir et blanc.

Lunettes de couleur, casquette et bottes de cuir, les étudiantes se révoltent dans de beaux tailleurs jupe évasée ou plissée en laine unie, tartan ou vilains carreaux. Puis elles glissent sur une veste classique une jupe en mousseline ou en dentelle.

Des modèles qui prennent des allures de « Chic à Paris, nous faisons la révolution »

On se rend très vite compte, de la difficulté pour la designer d’avoir choisi le thème Mai 68 pour interpréter une saison d’hiver.

Car si Mai 68 est un évènement qui prenait toute sa force dans un climat printanier, avec plutôt des tissus légers, Mai 68 s’est joué aussi non pas que dans des salons d’intellectuels mais essentiellement dans la rue par des militants de toute classe sociale.

Certaines matières auraient pu être plus pertinente – les laines à carreaux, c’est gros coup de blues – Les formes plus libre, plus fluide, les dentelles sont un peu trop guindées pour Mai 68.

Aussi, si cette collection est mal comprise du public, la maison Dior est grande. Leurs équipes sont très pointues et Maria Grazia nous a démontré une nouvelle fois qu’elle sait faire un très beau vestiaire pour la femme. Elle saura certainement s’entourer et comprendre la nuance de l’esprit parisien pour la signature de Dior.

Néanmoins pour l’hiver prochain elle nous a préparés, de très beaux tailleurs en laine unie, des jupes trapèze en patchwork version mini ou au-dessous du genou, une très belle jupe droite à mi-mollet en laine impression de fleurs géométriques et franges à l’ourlet.

La grâce du travail de Maria Grazia s’illustre aussi dans un très beau trois-quart à la coupe sobre et sixties qui témoigne de la virtuosité des ateliers de couture Dior. Des ruchés cousus qui donnent l’impression de brocart au fond beige et impressions bleu /rose. Vu de loin c’est un beau manteau broché, vu de près un travail de couture émouvant. Le trois-quart brodé de fleurs sur un fond noir est aussi très beau.

La mousseline de soie est aussi toujours interprétée avec du doigté. De très belles robes longues et particulièrement celle au coloris terre portée sur des dessous balconnet et culotte haute en jean dans le même ton.

Si Mai 68 ne se fera pas en hiver, Maria Grazia a assuré de quoi passer un bel hiver en Dior

Mfb

Photos Vincent Lappartient

Défilés Libre accès