Kofta, l’incroyable.

Arrivés tout juste de Kief, Constantin Kofta et sa nouvelle associée Iv Barzelli semblent très sereins malgré les derniers bouleversements politiques de leur pays. L’économie est très basse nous avoue Iv (se prononce Iva) tout en nous confiant qu’ils ne savent pas si leur vol de retour ne va pas être annulé. Hier, leur avion était le seul à partir.

Tous deux parlent deux langues l’ukrainien et le russe. Iv rajoute que l’ukrainien est entre le polonais et le russe. Blonde platine aux cheveux courts, cette jeune femme d’affaires nous explique que c’est la femme qui est dans le commerce en Ukraine. La formation se fait de mère en fille. Elle entend bien développer la marque de Kofta.

Tout est fait à la main ; les commandes sont livrées en deux mois nous dit–elle avant de continuer. Avant Constantin travaillait de chez lui. Aujourd’hui il a un studio atelier avec trois personnes avec lesquelles il travaille. Ce sont d’ailleurs des amis.

Cinq formes géométriques de base et toute l’histoire tourne autour. « In this mood it’s start » nous dit Constantin.

Minaudière en forme de cristal, pyramide à porter en sac à dos ou en bandoulière, boite rectangulaire cloutée et larges surpiqures. On est dans la géométrie.

Du moulage ; Constantin se sert du plastique pour mouler à l’intérieur et à l’extérieur le cuir de vache, d’agneau ou de cheval qu’il achète en Ukraine. Les nervures sont moulées par des cordons, un sac nécessite 3 jours de travail.

Kofta, une collection toujours exceptionnelle.

Mfb

Photos Valeria Castillo Mendoza

Showroom Stealthprojekt

Salon Femme Automne 2014 Hiver 2015